…Enfin, c’est ce que j’ai cru au départ.

Il est entré, souriant, nous a fait des compliments sur la déco et avec un air un peu gêné nous a demandé « une petite épilation avant une petite intervention » tout en posant son index sur la nuque.

Il avait l’air sympathique ce sexagénaire, un petit air de « Doc Brown » (vous savez, Retour vers le futur),

alors nous lui fixons, un rendez-vous le lendemain. « A quel nom ? » demande Angélique : « William* » « et votre prénom ? » « Raoul* » « votre téléphone ? » 06 02 12 22 32 …. Bon, et bien à demain alors, M. William.

Moue dubitative de vos esthéticiennes… notre métier est parfois fait de curieuses rencontres. Et franchement nous ne pensions pas le revoir.

15 minutes se passent… « Angélique, tu n’as pas vu mon portable ? Tu m’appelles, je ne trouve pas mon portable ». Appel… silence… répondeur. Re-appel, re-silence… re-répondeur et une évidence : « on » a volé mon portable !

Et un seul chapardeur possible, William ! Nous l’appelons. Faux numéro bien entendu… Consternation (et mauvais souvenirs pour Angélique qui s’est fait voler avec violence son téléphone dans l’institut où nous avons travaillé) puis fou rire total (de ma part). William est un escroc « à l’épilation». A son âge, en être réduit à voler des portables (et pas le dernier modèle croyez-moi) quelle vie de misère ! Pourtant il portait beau notre potentiel client. Mais c’est le minimum pour un escroc, surtout à l’épilation…

Je bloque la ligne (au cas où le sinistre individu appelle en Kabardino-Balkarie), constate qu’évidemment je n’ai rien sur le « cloud » donc plus de numéros, de photos, plus de notes bref plus rien… et là je rigole moins. Je maudis M. William sur 8 générations, préviens mon entourage par mail et pleure même à chaudes larmes de l’intérieur jusqu’à…
… ce qu’un de mes amis appelle à l’institut, deux heures plus tard pour m’informer qu’un type venait de l’appeler pour l’avertir qu’il avait trouvé mon portable dans sa voiture et que je pouvais le joindre au numéro suivant.

(Version résumée de l’appel). « Bonjour Monsieur, vous avez mon portable ? Mais comment est-ce possible ? » « Etes-vous passé dans mon cabinet de radiologie » me dit l’Homme? « Euh non, je suis une pauvre esthéticienne de la rue Rochechouart et un méchant client vient de me le voler ». Pas de réaction de sa part mais une invitation à venir le récupérer. Bien entendu, tout de suite je dis ! « Et je demande ? » « Le docteur Raymond* ». J’arrive Raymond.

Ledit cabinet de radiologie n’est pas très loin. Je demande le docteur R. « Il arrive avec son épouse », me dit une charmante secrétaire médicale. Je vois l’épouse. « Bonjour Madame, votre mari aurait mon portable ». « Oui, il arrive ».

Et là, qui je vois : William ! « Non mais je rêve, c’est vous qui avez mon téléphone ? » « Euh oui désolé, je l’ai pris par inadvertance », me dit mon ex futur client qui m’éloigne un peu de son épouse et me rend mon portable. Il est ravi de me voir car cela lui permet d’annuler son rendez-vous du lendemain (il n’a plus besoin d’épilation ?) puis Il s’engouffre rapidement dans son cabinet (beaucoup de travail me dit-il) en me laissant pantoise et déconcertée devant la baie vitrée.

Monsieur William vous manquez de tenue, qu’alliez-vous faire chez Mon Petit Institut ?

Voilà ce que nous croyons : ce cher docteur est entré croyant que nous étions un salon de massage (nombreux dans le secteur) tendance body-body. S’apercevant de sa méprise et un peu gêné, il s’est embarqué dans cette histoire dépilatoire avec son faux nom à la gomme. Il a vraiment subtilisé par mégarde mon portable (stupidement laissé sur le comptoir de caisse, ça m’apprendra tiens !). L’a posé sur la banquette de sa voiture avec sa sacoche. Il a retouvé sa femme qui est tombé sur mon téléphone. Ensuite, nous ignorons ce qu’il lui a raconté et ce qu’elle a cru…mais c’est certainement grâce à elle que j’ai retrouvé mon bien…

Mais si quelqu’un a une autre idée de scénar’, nous sommes preneuses…

*Les prénoms ont été changés pour le bien de la rime évidemment !

Agnès

Mon petit institut

Mon Petit Institut a fait son nid dans le 9e arrondissement de Paris, entre Montmartre et l’avenue Trudaine. Dans cet institut pas comme les autres des esthéticiennes pas ordinaires réaliserons avec chaleur et humour pour vous : des soins du visage Bio Phyt’s ou les soins du visage Sothys et leur célèbre soin KoBiDo, toutes vos épilations, des soins du corps et vous conseillerons leurs produits cosmétiques.

S’inscrire à notre newsletter